Le festival

Présentation de l'édition 2018

Ils parlent du festival

”Le Festival du Film du Croisic commence à jouer dans la cour des grands !”

Quelques mots du directeur du Festival

L’an dernier le Festival du Film du Croisic vivait sa première année en totale autonomie, entièrement géré par une association qui lui est totalement dédiée. Un gros pari, et un pari réussi. Un essai plus que transformé tant sur le fond que sur la forme, avec un bilan positif, une gestion saine, et des retours exceptionnels tant du côté des festivaliers que des partenaires et des artistes ! Cette transformation était devenue inévitable, et ce n’est que le début d’une émancipation et d’un développement devenus incontournables pour son avenir vu le succès d’année en année de l’évènement !

Son avenir repose sur des hommes et des femmes, volontaires, toutes et tous bénévoles qui s’investissent tous les jours à mes côtés pendant un an pour que chaque édition soit exceptionnelle, et encore meilleure que l’année précédente. Je ne les remercierai jamais assez. Mais cette exigence « obligatoire » commence à dépasser le simple statut de bénévolat, et le Festival se professionnalise de plus en plus avec des personnes ayant des compétences bien précises et qui ont et auront des missions dignes de spécialistes. Moi le premier.

2018 s’annonce comme un cru de premier choix, d’un éclectisme rare dans la programmation et qui promet de très belles rencontres mais aussi quelques surprises. Je ne doute pas que notre Président du Jury 2018, Antoine Duléry (qui a tout fait pour être Président cette année), apportera son grain de sel et sa bonne humeur à cette nouvelle édition, tout comme les artistes qui vont se succéder tous les jours pour vous offrir j’en suis sûr des moments inoubliables.

Je remercie du fond du cœur tous nos partenaires, quels qu’ils soient, les artistes, les producteurs, les distributeurs et de nombreuses personnes de l’ombre qui m’aident, me soutiennent, me boostent et entretiennent cette passion pour le Cinéma qui m’habite depuis tout petit.

Mes derniers mots iront à Patrice Leconte, fidèle Parrain, qui m’apporte tellement… Je crois que vous n’imaginez même pas à quel point, mais lui non plus ! Sa gentillesse, sa générosité, sa disponibilité, son expérience… son parrainage est un gage de qualité incroyable pour le Festival. Et bien sûr cette confiance, réciproque, qui est à mes yeux aujourd’hui une des valeurs les plus importantes dans ce métier, mais aussi dans la vie de tous les jours et les relations humaines. C’est un des mots clefs que je répète sans cesse à celles et ceux qui me rejoignent dans cette aventure, et qui fait je crois, que le Festival du Film du Croisic est si unique.

Un nouveau chapitre s’écrit en 2018, et croyez-moi il y en aura beaucoup d’autres à suivre !

Bon Festival à toutes et à tous !

Cinéphilement,

Mickaël GAUTHIER

QUELQUES MOTS DU PRÉSIDENT DU JURY

Je suis très honoré d’être pour la première fois président d’un festival, et quel festival! le festival du Croisic !

Pourquoi avoir accepté ?

Parce que je sais que tous ses organisateurs et en particulier Mickaël Gauthier sont des vrais amoureux du cinéma et des artistes ; ici pas de clinquant, et  de paillettes inutiles.

Juste le plaisir magnifique de découvrir des films et d’allier la littérature au cinéma avec des gens authentiques.

Car c’est l’âme bretonne d’aller a l’essentiel des choses.

Étant originaire des cotes d’Armor, et ayant beaucoup tourné en Bretagne, Le Croisic ne pouvait que m’attirer, et me plaire.

Et puis il y a le souvenir de claude chabrol que j’admirais beaucoup et que j’ai eu la chance de connaitre.

Il est d’ailleurs mon premier souvenir de cinéma : a onze ans, j’avais assisté pres de chez moi au tournage de « juste avant la nuit » avec Michel Bouquet et Francois Périer.

Je pense que je lui dois ma vocation car j’avais été totalement 2bloui et il avait accueilli le petit garçon que j’étais avec une grande gentillesse.

Pour toutes ces raisons, je suis très fier d’être ici avec vous pour découvrir des films magnifiques, étonnants, vivants !

Vive le cinéma et vive Le Croisic.

Antoine DULÉRY

”Il y a le souvenir de claude chabrol que j’admirais beaucoup et que j’ai eu la chance de connaitre.”

”C’est au Croisic et nulle part ailleurs.”

French director Patrice Leconte poses during the photocall of " Mon meilleur ami " (My Best Friend), 27 November 2006 in Rome. AFP PHOTO / TIZIANA FABI (Photo credit should read TIZIANA FABI/AFP/Getty Images)

QUELQUES MOTS DU PARRAIN DU FESTIVAL

Maintenant, à force de venir, année après année, à force de marcher le long de la côte pour rentrer à l’hôtel, de fréquenter les restaurants, les crêperies, et le cinéma surtout, je peux presque dire que je connais par cœur le Croisic. En tout cas, je m’y sens chez moi, ne croisant que des regards bienveillants, cinéphiles, amoureux du cinéma. Et ça me touche comme vous n’imaginez pas.

En acceptant, il y a quelques années, d’être le parrain de ce Festival si chaleureux, prenant, un peu confus, la succession de Claude Chabrol, je ne me doutais pas que ce parrainage me rendrait à ce point heureux.

Je suis décidément fier de tout ce qui se fait ici, les rencontres, le public, les films, l’organisation, le travail de Mickaël Gauthier (dont je ne souhaite à personne les insomnies), celui des bénévoles, dévoués et souriants. Et puis cette grande soirée de clôture, magique et lumineuse, que je ne voudrais rater pour rien au monde.

L’année dernière j’avais écrit : « C’est au Croisic et nulle part ailleurs ». Depuis, je suis allé ici et là, pour participer à d’autres manifestations. Mais aucune n’a ce charme indéfinissable et auquel tout le monde est sensible. C’est donc, une fois encore, et sans doute pour toujours, « au Croisic et nulle part ailleurs » !

Bon Festival à toutes et tous.

Vive le cinéma.

Patrice LECONTE

Quelques mots de Madame le Maire

Le 13e festival du film du Croisic De La Page à l’Image a l’honneur d’accueillir deux grands comédiens. Antoine Duléry, le désopilant Paul Gatineau du film « Camping » mais aussi le commissaire, poète et bon vivant, Larosière dans la série « Les petits meurtres d’Agatha Christie », est le président de cette édition. Sandrine Bonnaire, cette immense actrice se verra remettre le prix du Chabrol d’Or des mains de Patrice Leconte. Le Parrain du Festival avait mis en scène l’interprète d’Alice dans « Monsieur Hire ».

La Ville du Croisic est honorée que Patrice Leconte ait accepté de reprendre le flambeau de Claude Chabrol en soutenant le festival du film de notre petite cité de caractère. Il apporte une aide et son soutien précieux à tous les bénévoles de l’association dédiée à cet événement de notre rentrée automnale.

Quant à l’aide de la Ville, sa contribution ne porte pas sur le domaine artistique mais un appui financier et matériel a été voté par le conseil municipal. La Ville est d’ailleurs représentée au sein du jury.

Je suis convaincue que notre commune est une ville cinématographique. J’invite tous les réalisateurs à y filmer son port, ses rues, son architecture, son patrimoine naturel mais aussi sa lumière du matin, son ambiance portuaire, la quiétude et la colère de notre côte sauvage, sont autant d’atouts qui se prêtent à raconter de belles histoires.

Je vous souhaite à toutes et à tous un excellent festival.

Michèle QUELLARD, maire du Croisic.

”Je suis convaincue que notre commune est une ville cinématographique.”